Les nouveautés Apple ne manque pas d’air

imac

 Je vais vous épargner les habituelles nouvelles — Apple va bien », dit un Tim Cook pressé de passer aux choses sérieuses, « nous avons beaucoup de choses à présenter. » En effet : de l’arrivée future d’Amazon Prime Video sur tvOS aux fonctions dédiées à l’iPad dans iOS 11, des nouveaux cadrans de watchOS aux optimisations de macOS High Sierra, Apple avait beaucoup de choses à présenter. Comme un iPad Pro 10,5 pouces et un futur iMac Pro surpuissant.

macOS High Sierra : Sierra, en mieux

Après Sierra vient… High Sierra. Comme Snow Leopard après Leopard et Mountain Lion après Lion, High Sierra apportera peu de nouveautés visibles. Il s’agit d’intégrer « de nouvelles technologies pour préparer de futures évolutions », explique Craig Federighi… même si quelques petits raffinements sont de la partie.

Safari, « le navigateur le plus rapide du monde avec High Sierra », bloquera la lecture automatique de vidéos et limitera la capacité qu’ont certaines publicités intrusives de pister les utilisateurs. La recherche de Mail tirera parti d’une nouvelle interface et d’une intégration à Spotlight pour offrir des résultats plus pertinents, et les boîtes aux lettres occuperont 35 % moins d’espace.

À mesure qu’il se développe, Photos ne cesse de se rapprocher de ses prédécesseurs iPhoto (dont il récupère la barre latérale persistante et l’affichage des fichiers importés par ordre antéchronologique) et Aperture (dont il reprend certains outils d’édition comme les courbes ou l’intégration aux éditeurs tiers). Il continue pourtant à avancer sur son propre chemin : les visages sont désormais analysés à l’aide d’un réseau de neurones artificiels, et surtout, ses données sont désormais synchronisées entre les différents appareils.

L’essentiel des nouveautés de High Sierra est beaucoup moins visible, mais pas moins sensible. Le nouveau système de fichiers, APFS, accélérera certaines opérations quotidiennes. La prise en charge du codec H.265/HEVC, logiciellement sur la plupart des Mac et matériellement sur les plus récents, devrait faciliter la lecture des vidéos 4K et 4K HDR.

La mise à jour de l’API graphique Metal devrait fluidifier de nombreuses opérations, à commencer par l’affichage des fenêtres. Metal 2 prend en charge les cartes graphiques externes : Apple propose un « kit de développement » constitué d’un boîtier Thunderbolt 3 et d’une carte AMD Radeon RX580, et ouvrira plus largement cette fonction d’ici à la fin de l’année.

En savoir plus :

De nouveaux Mac taillés pour la VR

Metal 2 signale surtout l’intérêt d’Apple pour le monde de la création de contenu en réalité virtuelle — SteamVR sera bientôt disponible sur macOS, comme les versions des moteurs Unreal et Unity adaptées à la réalité virtuelle. Un champ duquel le Mac est absent, faute de configurations suffisamment puissantes… jusqu’à maintenant.

L’ensemble de la gamme iMac gagne des processeurs Intel Kaby Lake et de nouvelles puces graphiques plus puissantes : Intel Iris Plus Graphics 640 sur l’iMac 21 pouces ; AMD Radeon Pro 555 et 560 sur l’iMac Retina 21 pouces ; et AMD Radeon 570, 575 et 580 sur l’iMac Retina 27 pouces. Toutes les machines intègrent deux ports Thunderbolt 3 (en plus de quatre ports USB-A), et jusqu’à 32 Go de RAM sur les modèles 21 pouces et 64 Go de RAM sur les modèles 27 pouces. Enfin, les disques Fusion Drive sont standardisés sur les modèles 27 pouces, et les SSD optionnels sont 50 % plus rapides.

Les MacBook et MacBook Pro intègrent eux aussi des processeurs Intel Kaby Lake et des SSD plus rapides, le MacBook Pro 15 pouces recevant une carte graphique plus puissante. Le MacBook Air, lui, gagne quelques mégahertz. Surprise : le prix de l’iMac Retina 21 pouces et du MacBook Pro baisse légèrement, et toutes les machines sont disponibles dès aujourd’hui.

Une autre machine a été dévoilée aujourd’hui, mais ne sera pas disponible avant le mois de décembre : l’iMac Pro. Apple veut en faire une « bête de course » taillée sur mesure pour les professionnels les plus exigeants. Processeurs Xeon de huit à dix-huit cœurs, cartes Radeon Vega deux fois plus puissantes que les cartes Radeon Pro des iMac « normaux », jusqu’à 128 Go de RAM ECC et 4 To de SSD sur deux logements, quatre ports Thunderbolt 3 et un port Ethernet 10 Gbe… voilà un Mac Pro dans un iMac… un iMac Pro. Le détail qui tue ? Son coloris gris sidéral, avec clavier et souris coordonnés. La configuration de base, Xeon à huit cœurs et 32 Go de RAM avec 1 To de stockage SSD, est annoncée à 4 999 dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *